Galerie de l'Académie: voici ce qu'il faut voir

Ratto di Proserpina Bernini

La Galerie de l'Académie à Florence est si plein d'oeuvres d'art extraordinaires qu'il y a un risque élevé de perdre quelque chose. Raisons de ne pas absolument arriver non préparés à l'entrée. Nous avons donc décidé de vous offrir une belle liste de toutes les choses à voir dans chaque salle, de sorte que vous ne passez pas devant une oeuvre d'art incroyable sans même le réaliser.

La Galerie de l'Académie est accessible à partir de via Ricasoli, généralement non sans avoir fait un peu de queue, dont la longueur varie beaucoup en fonction des saisons. En tout cas, ça vaut certainement la peine d'attendre un peu pour entrer dans le temple sacré de l'art de la Renaissance.

Lorsque vous entrez, vous êtes dans la Salle du Colosse, ainsi appelée parce que dans le XIXème siècle il y avait un plâtre massif de l'un des Dioscures réalisés par Montecavallo. Maintenant à sa place, pour attirer immédiatement l'attention du visiteur il y a le groupe de l'Enlèvement des Sabines en plâtre exécuté par Giambologna, dont la version en marbre de Carrare est située dans la Loggia dei Lanzi, sur la Piazza della Signoria. Dans la même salle, vous pouvez admirer la peinture de Paolo Uccello représentant des scènes de la vie monastique et l’oeuvre “Saint-Etienne avec les Saints Jacopo et Pietro” réalisée par Ghirlandaio. Ensuite, regardez la “Vierge avec l'Enfant, saint Jean et deux Anges” réalisée en 1468 par Sandro Botticelli dans laquelle l'un des deux anges dans le fond regarde directement le visiteur l'impliquant dans la scène.

 

Achetez des billets en ligne

Après la Salle du Colosse on arrive dans les Salles Florentines, une zone vraiment fascinante, pleine de peintures admirables. Parmi les travaux à noter est la fresque détachée de Christ mort de Andrea del Sarto qui se trouvait dans le couvent de Santissima Annunziata. Il est alors impossible de ne pas noter la grandiose Déposition initiée par Filippino Lippi et finie, après sa mort, par Pietro Perugino. Enfin attardez-vous devant l'oeuvre “Vénus et Cupidon” de Iacopo Pontormo par dessin de Michelangelo Buonarroti.

Des Salles Florentines on passe dans la Galerie des Esclaves où il y a quatre sculptures de Michel-Ange appelées, précisément, “Esclaves” que l’artiste avait commencé pour le tombeau monumental du pape Giulio II mais que, pour un certain nombre de circonstances, n'avait jamais finies. A côté des Esclaves il y a la statue de Saint Matthieu commencée par Michel-Ange en 1505 et jamais achevée. Ne soyez pas pris par le désir de voir le David et d'abord attardez-vous à admirer la Pietà Palestrina, l'une des quatre Pietà sculptées par Michel-Ange dans le cours de sa vie.

Enfin nous sommes ici en présence du David, la plus célèbre statue de Michel-Ange qui représente le jeune homme dans le moment avant de lancer une pierre contre Goliath. Normalement la statue est entourée par des dizaines de personnes mais, avec un peu de patience, vous pouvez la voir bien sous tous les angles. La visite se termine ici, avec la certitude de n'avoir pas manqué au moins les œuvres les plus significatives, mais bien sûr celles logées dans le musée sont beaucoup plus.

Achetez des billets en ligne