Hommage au maître Piero Tosi - L'art de costumes de scène à la Galerie du Costume de Palais Pitti

tosi pitti

La Galerie du Costume de Palazzo Pitti dédie une exposition, jusqu'à la prochaine Janvier 11, à l'un des plus grands maîtres de la créativité italienne au service du cinéma, le costumier Piero Tosi, lauréat en 2013 du prix Oscar pour sa carrière et pour être “(…) un visionnaire dont les costumes incomparables dépassent le temps en faisant vivre l’art dans les films”.

Le maître a travaillé comme costumier du théâtre, mais il a émergé surtout dans le cinéma à côté de grands réalisateurs, tels que Luchino Visconti, Vittorio De Sica, Mauro Bolognini, Liliana Cavani, Franco Zeffirelli et Pier Paolo Pasolini.

Pour la réalisation de ses costumes Tosi a utilisé des maisons de couture de théâtre comme celle de Umberto Tirelli, avec laquelle la collaboration est toujours en cours. Les vêtements exposés sont environ quinze et sont une importante donation de costumes historiques, de théâtre et de cinéma réalisée par Umberto Tirelli en 1986 où se détachent les costumes de Medea (du film Medea réalisé par Pier Paolo Pasolini, avec Maria Callas), ceux de Elisabetta (du film Ludwig réalisé par Luchino Visconti avec Romy Schneider), et de Giuliana Hermil (du film L’innocente réalisé par Luchino Visconti avec Laura Antonelli). Il y a aussi des vêtements qui ont embelli film comme La véritable histoire della Signora della Camelie de Mauro Bolognini, Al di là del bene e del male de Liliana Cavani, La Traviata de Franco Zeffirelli, Il malato immaginario de Tonino Cervi et La locandiera de Giorgio De Lullo.

Achetez des billets en ligne

Galerie  Palatine

Galerie Palatine Billets

À partir de 11,50
RÉSERVEZ !

Ils sont quinze vêtements portés par de grands acteurs et actrices dans des films qui sont considérés comme des chefs-d'oeuvre de la cinématographie; costumes qui sont beaucoup plus que des simples vêtements. Ceux portés par la belle Romy Schneider dans Ludwig par exemple, montrent une élégance juste militariste typique de la période austro-hongroise. Ici pour obtenir l’effet ancien recherché par Visconti, les tissus utilisés pour les vêtements furent soumis à de nombreux traitements qui les ont rendus polis à la perfection de sorte qu'ils puissent refléter la lumière. Également évocateurs sont les vêtements utilisés par Laura Antonelli dans L’innocente, basé sur l'homonyme roman de D’annunzio et lié à un décadentisme exaspéré, inspirés par le beau monde parisien de Proust. Les costumes de la Medea de Pasolini, portés par l'inoubliable Maria Callas, ont en eux toute la saveur de la civilisation archaïque et tribale entre médailles scintillantes et pendentifs en filigrane. Dans Il malato immaginario et La Locandiera il prévaut un XVIIIème siècle vénitien, juste vulgaire, tandis que dans La Signora delle Camelie remaniée par Mauro Bolognini il apparaît dans sa totalité le XIXème siècle libertin.

Jusqu'au 11 Janvier donc il y a une raison de plus pour visiter la Galerie du Costume à Florence, une sélection de vêtements qui, comme dit la Directrice des Musées Florentins Cristina Acidini, “non seulement représente la célèbre creativité de Tosi dans une variété d'âges et de types, mais nous conduit à travers les meilleurs films des plus grands réalisateurs italiens du XXème siècle”.

Achetez des billets en ligne

Galerie  Palatine

Galerie Palatine Billets

À partir de 11,50
RÉSERVEZ !