L'art à Florence entre les XVIème et XVIIème siècles: Pure, Simple et Naturel

pure simple and natural

Jusqu'à 2 Novembre la Galerie des Offices à Florence accueille l'exposition "Pure simple et naturel. L'art à Florence entre les XVIème et XVIIème siècles" le résultat d'une étude critique-scientifique approfondie sur la peinture florentine de cette période effectué par les professeurs universitaires Alessandra Giannotti et Claudio Pizzorusso.

Sont exposées 72 oeuvres, y compris des peintures et des sculptures, des fresques détachés, des céramiques et d'autres choses, dont certaines ont été restaurées pour cette occasion. L’exposition est organisée en cinq sections chronologiques et quatre secteurs thématiques.

Chefs-d'oeuvre des artistes tels que Andrea della Robbia, Andrea del Sarto, Santi di Tito, Jacopo da Empoli, Ottaviano Vannini, Bronzino et Andrea Commodi sont présentés dans le but de subvertir l’idée commune d'une culture florentine orientée exclusivement vers le passé, révélant à cette occasion un diriger vers la nouveauté aussi dans quelle ligne artistique qui, entre le ‘400 et le ‘600 – tout en restant fidèle à ses modèles - mis en évidence la “nouveauté de la tradition”.

Achetez des billets en ligne

Giorgio Vasari louait la “manière moderne” comme dépassement de la tradition du XVème siècle, attirant l'attention sur Leonardo, Michelangelo et Raffaello, mais aussi les dessinateurs Fra’ Bartolomeo et Andrea del Sarto qui, avec Andrea Sansovino et Andrea della Robbia, ont été au XVème siècle les fondateurs d'une “manière moderne” ordonnée, ensuite établie avecFranciabigio, Bugiardini et Sogliani. Puis surmontées les générations de Bronzino et Alessandro Allori, nous arrivons au "XVIIème siècle à contresens", dans lequel on retrouve des artistes qui ont pris cette identité 'puriste' florentine pour s'éloigner de Caravage et de baroque: de Santi di Tito à Jacopo da Empoli, de Ottavio Vannini à Lorenzo Lippi.

Revenant à l'exposition, à l'entrée nous trouvons l'Annonciation de Andrea della Robbia, Andrea del Sarto, Santi di Tito et Jacopo da Empoli. Puis vient une salle dédiée au dessin du réel avec des oeuvres de Andrea del Sarto, Pontormo et autres. À partir du milieu du XVIIème siècle les artistes sont réunis par thèmes: peintures de la maison, peintures de choses et tradition du sacré.

À travers divers éléments il est possible une comparaison entre la peinture et la sculpture divisée en neuf sections qui regruopant les oeuvres de 35 artistes dans un cadre très mesuré avec un oeil vif et rigoureux pour le contrôle des couleurs.

Achetez des billets en ligne