Norma e Capriccio à la Galerie des Offices

Norma e Capriccio

La Galerie des Offices accueille de Mars 5 au Mai 26 l'exposition "Norma e Capriccio. Espagnols en Italie aux débuts de la Manière Moderne”, dédié aux artistes espagnols qui ont vécu et travaillé en Italie entre Florence, Rome et Naples au début du XVIème siècle partecipant personnellement à l'intense activité culturelle durant ces années.

L'inspiration pour cet événement particulier est derivée des mots de Michelangelo Buonarroti signalés par Francisco De Hollanda dans les Dialogues Romains: "Donc je déclare qu'aucune nation et aucun peuple (sauf un ou deux Espagnols) ne peut pas assimiler parfaitement ou imiter la manière italienne de peinture (qui est celle de la Grèce antique), sans être immédiatement reconnue facilement par étranger, peu importe combien d'efforts et de travail il fait".

Parmi ces personnalités qui Buonarroti mentionnait, nous pouvons trouver des figures du calibre de Alonso Berruguete, Pedro Fernández, Pedro Manchuca, Diego de Silóe, Bartolomé Ordóñez. Ils sont tous des personnages liés par l'origine commune de la péninsule ibérique mais aussi par un profond désir de confrontation et pour cette raison poussés à voyager. Ils sont en outre tous personnages qui ont réussi à s'imposer comme quelques-uns des plus grands artistes du Maniérisme en Europe.

Ce qui est analysé dans cette exposition, est la relation entre ces artistes d'origine ibérique et les grands artistes italiens du XVIème siècle. Ont été, en fait, juste les italiens a reconnaître aux ibériques une place importante sur la scène artistique internationale dans ces années.

Achetez des billets en ligne

L'exposition est divisée en quatre sections qui créent une division géographique et qui associent les oeuvres de ces artistes à la production italienne. Dans la première section nous trouvons Florence et la période italienne de Alonso Berruguete, étudié et approfondi par les historiens et critiques d'art italiens Roberto Longhi et Federico Zeri. Les oeuvres de l'artiste ainsi apparaissent dans toute leur modernité et comparées avec de artistes italiens de la même époque comme Andrea del Sarto, Rosso, Potormo et Jacopo Sansovino. De cette façon, il est intéressant de noter comme la ville, avec ses personnages, sa culture et son atmosphère, influença les oeuvres de Berruguete.

Dans la deuxième section on passe plutôt à Rome où on trouve Pedro Manchuca. L’artiste originaire de Toledo a contribué avec ses tableaux à l'atelier de Raffaello Sanzio, entre les années 10 et les 20 du XVIème siècle. Mais il a apporté son influence aussi à travers l'Italie, entre Milan, Rome et la Campanie.

Dans la troisième section, sont exposées les sculptures de Bartolomé Ordóñez et Diego de Silóe, realisées par les deux au cours de leur séjour à Naples dans les années 20. Il s'agit d'oeuvres dans lesquelles il y a des réflexions claires de la reconstitution parthénopéenne, grâce aux travaux des artistes de chez nous Domenico Napolitano et Girolamo Santacroce.

Enfin, dans la dernière section sont présentées les oeuvres des artistes ibériques une fois rentrés à la patrie. En fait entre Valladolid, Granada et Toledo devient encore plus évident l'héritage du voyage en Italie qui reste, à partir de là, estampillé et évident dans leur style et langage.

Achetez des billets en ligne